Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Le « caractère exquis » de Jean Vintzel, par Denis Masseglia

 

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français a remis, samedi 23 novembre 2012, à Jean Vintzel, président d'honneur de la Fédération sportive et culturelle de France, la médaille de chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur.

Ce parrainage a été l'occasion pour Denis Masseglia de dresser le portrait de Jean Vintzel à travers son parcours et de le remercier, pour son investissement comme dirigeant, mais aussi pour sa fidélité et son « caractère exquis »...

« Mon cher Jean,
(…)
Je suis très honoré que tu m’aies choisi comme parrain pour cette cérémonie.

Beaucoup de choses ont été dites sur ton parcours. Et parmi les caractéristiques que tu as données toi-même pour la Fédération sportive et culturelle de France - et qui te vont si bien - je vais en choisir une, celle de la fidélité, parce que je crois que c’est celle qui marque le plus ton parcours.

D’abord, pour situer le fait, dans ton parcours professionnel. Il n’est pas si courant de passer un diplôme et de faire toute sa carrière au service d’une seule institution. Je crois que la ville de Paris a eu beaucoup de chance de t’avoir.

Et des gens comme toi, lorsqu’ils sont retraités, c’est évidemment pour faire une autre une activité qui compense ce qu’ils n’accordent plus sur le plan professionnel.

La deuxième fidélité porte sur ton parcours associatif.

J’ai été impressionné par le fait que tu aies pris ta première licence à l’âge de 9 ans, en 1951. 9 ans ! Et depuis, tu es toujours licencié au même Club Olympique de Cachan. Un nom forcément prédestiné. Cette caractéristique de longévité dans la licence n’est pas évidente de nos jours où l’on trouve parfois que les jeunes ont un phénomène de zapping qui les fait aller d’un club à l’autre. Il est important de souligner cet engagement associatif qui fait que tu as goûté au football, au tennis de table, au tennis, à la natation, toujours au sein du club de Cachan.

Cette fidélité se retrouve également dans l’engagement associatif en dehors de l’aspect sportif, puisque tu as été successivement évidemment, secrétaire général, puis président de ton club.

Tu as été, au sein de la ville et auprès de son député-maire, président du Comité de jumelage et des relations internationales de la ville de Cachan. Il y a avait déjà un certain goût pour les relations internationales. Tu as été aussi président de l’association de gestion et d’animation des équipements socio-culturels. Il n’y avait pas quel le sport, il y avait aussi la culture. Je pense que l’un et l’autre ont toujours été indissociables pour toi. C’est peut-être pour cela que le sigle FSCF te va si bien. Tu as été aussi, et là on passe à un cran national, membre puis secrétaire puis président de la commission nationale de football de la FSCF puis premier président national puis président général pendant 10 ans de 2002 à 2012.

Comme beaucoup de dirigeants après une expérience de quelques années au plan national, tu prends goût à l’action et tu veux apporter quelques réflexions, compétences au niveau international parce que le mouvement sportif ne se limite pas au seul territoire. Tu deviens rapidement membre de la commission sportive de la fédération internationale catholique d’éducation physique puis membre du Comité directeur puis vice-président, ce que tu es encore actuellement. Ce goût te fait aussi t’impliquer dans le cadre de l’OFAJ et nous avons souvent des discussions sur les objectifs la stratégie et le financement de l’OFAJ. Tout ceci va bien entendu de pair avec une implication dans ce qui est en quelque sorte la Fédération des Fédérations, c’est-à-dire le CNOSF.

Tu es rentré membre du CA du CNOSF en 1989, ce qui fait de toi l’un des plus anciens. Tu me précèdes de deux ans. C’est dire que nous avons un passé commun au sein de cette vénérable institution et je veux souligner le fait que de 1989 à tu as été sans interruption membre du Conseil d’administration. Cela veut dire qu’à chaque élection tu as été élu dans le cadre du collège réservé aux représentants des fédérations multisport et affinitaires, ce qui n’est pas un mince exploit. Cela montre aussi que tes électeurs et il faut toujours se fier à leur sagesse, ils ont su trouver en toi ce que tu avais pu apporter à l’institution et t’ont renouvelé à chaque leur confiance pour les représenter.

Tu as été chef de délégation pour les Camps olympiques de la jeunesse aux Jeux Olympiques Los Angeles en 1984, de Séoul en 1988 et d’Atlanta en 1996. Tu t’es impliqué aussi à la tête du collège des fédérations multisports et affinitaires sur quatre Olympiades, soit pendant 16 ans. Il y a malheureusement une limite d’âge au sein du CNOSF, ce qui fait que, même si les électeurs le voulaient, tu ne pourras prétendre au renouvellement de ton mandat. C’est comme cela. Ce n’est pas une question de capacité mais de règlement.

Tu as été membre, puis secrétaire, puis président de la commission de l’Académie internationale olympique. J’y ai participé. Je sais ce que cela peut représenter pour une jeune que d’aller sur ce lieu mythique, chargé d’histoire, où l’on comprend mieux ce que peut représenter pour des millions de gens la philosophie de l’Olympisme.

Tu as été membre cofondateur, secrétaire général puis président de l’Académie nationale olympique et française. Tu es un président actif, généreux, avec beaucoup d’idées, demandant quelques subsides de temps et temps, mais c’est la vie et c’est bien normal pour mener à bien les projets qui te sont chers.

Tu as essayé de monter à l’international ce qui te tenait à cœur au niveau français et tu as été avec André Leclercq à l’initiative de la création de l’Association francophone des Académies nationales olympiques. Nous avons de fait le point commun d’avoir œuvré Comités nationaux olympiques.

Enfin, tu es membre de la Conférence permanente des coordinations associatives et il n’est rien de dire qu’il est important d’avoir une CPCA performante et écoutée. Tu as eu, mon cher Jean, quelques décorations, quelques médailles, mais aujourd’hui c’est quand même un peu plus. C’est la reconnaissance de la Nation qui t’es témoignée.

Avant de te décorer, je voudrais te dire ce que personnellement je ressens. A chaque fois que l’on a ce type de récompense à donner, on interroge un peu les gens pour savoir ce qu’ils pensent. Alors, j’ai fait un peu le tour de ceux qui sont au quotidien au Comité olympique, que l’on appelle les permanents, et leur ai demandé ce qu’ils pensaient de toi. Et le mot qui a été employé la plupart du temps, c’est le mot « exquis » : « Monsieur Vintzel est un Monsieur exquis ».

En tant que président, je dirais que j’apprécie d’abord tes qualités de consensus. Tu cherches évidemment à ce qu’il n’y ait jamais de conflit et à ce qu’une position médiane qui corresponde à l’intérêt général soit trouvée. Tes interventions au Conseil d’administration sont toujours dans le sens de la construction pour éviter que la division suive parfois ce qui peut être un enjeu ou une situation dans laquelle il peut être difficile de trouver la juste solution.

Je voudrais te dire aussi, parce qu’il y a de nombreuses personnalités ici, dont pas moins de sept membres du Conseil d’administration du CNOSF, c’est le témoignage de tout ce que tu peux représenter au sein de cette institution. Quelqu’un de chaleureux pour lesquels les mots classiques que l’on utilise lorsque l’on parle de sport ceux d’éducation, de cohésion sociale, d’amitié, de respect te vont parfaitement bien. J’ajouterai que ce qui te va peut-être le mieux, c’est le slogan de l’équipe de France olympique à Londres, l’esprit bleu et le cœur olympique.

Merci beaucoup Jean Vintzel. »

"l'Olympisme au service des jeunes" : livret de présentation, 6 fiches «méthode», 14 fiches «activité»...
Document à télécharger

Zoom

Le programme MéMoS de l'Académie Nationale Olympique

La mémoire du sport est un héritage que nous devons sauvegarder, un devoir tant à l’égard de nos aînés que vis-à-vis des générations futures.

En savoir plus

Le camp olympique de la jeunesse, une initiative de l'Académie Nationale Olympique
Lire

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page