Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Matthieu Rosset : " Je ne me mets pas de pression particulière! "

 

Les championnats d’Europe de plongeon et de natation synchronisée se déroulent du 16 au 27 mai 2012 à Eindhoven (Pays-Bas). Découverte de la discipline et du meilleur plongeur français, Matthieu Rosset, qui a décroché le quota olympique du plongeon pour la France…

Comment avez-vous découvert le plongeon?
J’ai commencé le plongeon un peu par hasard. À 7 ans, je faisais des saltos dans une piscine pendant les vacances d'été… A cette époque, mes parents m'avaient inscrit dans plusieurs clubs de sports comme l'athlétisme, le judo ou le cirque... Et puis, j’ai essayé le plongeon en septembre 1997, et j’ai tout de suite accroché !
J'avais hâte d'apprendre des figures pour me permettre de faire plus de rotations pendant les sauts. Comme c’est une discipline difficile, qui demande du temps dans l’apprentissage, j’ai persévéré. Ce qui me plaît dans le plongeon, c'est avant tout de pouvoir exécuter beaucoup de rotations dans les airs et d'atterrir dans l'eau avec de la puissance sans se faire mal et sans éclaboussures.

Quelle est votre rythme de travail au quotidien?
Mon rythme de travail change selon les jours de la semaine car je fais des études à côté. Je suis à l’école du Breuil à Paris, une école sur l’art et les techniques du paysage. De manière générale, je m'entraîne le matin de 10h à 12h après je vais en cours de 13h à 17h puis je m'entraîne de 17h à 19h. Et ceux, du lundi au samedi matin. Evidemment, en période de stage
je fais un peu plus d'heures d'entraînement car je suis plus disponible.

De quoi se composent vos séances ?
Le matin, je m’échauffe une vingtaine de minutes puis je plonge jusqu'à midi d’un tremplin de 3m. Le soir, je m’entraîne à nouveau 20 min hors de l’eau, puis j’alterne soit un entraînement dans l'eau, soit à sec (trampoline, tremplin à sec…). Je termine toujours les séances par 45min/1h de musculation.

Comment abordez-vous les championnats d'Europe ?
Comme tous les autres championnats d'Europe que j'ai fait, c'est-à-dire que je serai aussi concentré et déterminé que les autres. Je ne me mets pas de pression particulière. En terme d’objectif, je ne veux pas trop m'avancer mais je vise une finale en individuel… et pourquoi pas un podium ! En synchronisé, la médaille est possible aussi. Mais ce sport est tellement aléatoire que l’on peux finir très rapidement premier ou dernier. C'est le jour même qu'on saura ce que je vaux.

Quels sont tes principaux adversaires européens et au niveau mondial?
Mes principaux concurrents européens sont Russes, Ukrainiens, Allemands et Anglais… Au niveau mondial la Chine, les USA, le Canada, le Mexique, la Malaisie, l'Australie sont de grosses nations…

Sur quels points devez-vous encore progresser pour atteindre le top niveau mondial et décrocher une médaille d'or?Pour décrocher une médaille d'or il faudrait que j'arrête les études pour m'entraîner 50h par semaine et avoir des bonnes infrastructures…La piscine de l’Insep ayant brûlé, je dois m’entraîner dans différents endroits… Mais, je ne désespère pas de figurer parmi les meilleurs dans pas longtemps…

Vous avez décroché le quota olympique, un soulagement dans une saison, même si ce n'est pas encore officiel, comment va se dérouler votre préparation vers Londres?Pour ma préparation vers Londres je ne sais pas encore exactement comment cela va se dérouler… mais je peux vous dire que je vais m'entraîner dur, comme d'habitude, pour pouvoir arriver à Londres confiant et participer aux Jeux Olympiques en tant qu'acteur et non en tant que spectateur.



Retrouvez les sites officiels des Jeux à venir...




Jeux Olympiques de la XXXIe Olympiade
Rio de Janeiro (Brésil)
5-21 août 2016