Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Surf des neiges

 


Notice: Undefined variable: sousnav in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 250

Notice: Undefined variable: htm in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 264

Histoire de la discipline

Le snowboard, mélange de surf, de planche à roulettes et de ski, a fait son apparition dans les années 60, et le premier surf produit en série a été commercialisé en 1966, sous l'appellation « Snurfer ». il s'est développé aux États-Unis d'Amérique, car on recherchait alors des variantes pour les sports d'hiver classiques. Au cours des années 70, différents pionniers ont donné une impulsion à la fabrication de planches de surf, relançant l'intérêt pour ce nouveau sport. Les surfeurs et les pratiquants de la planche à roulettes emboîtèrent le pas aux pionniers du snowboard, et en 1980 la pratique du surf des neiges s'étendait à tout le pays. Le snowboard, gagnant popularité, les pratiquants d'un sport jeune ont alors « envahi » les stations de ski traditionnelles, rencontrant souvent l'opposition des skieurs qui voulaient bouter ces nouveaux venus hors de « leurs » montagnes.

L'étape suivante fut tout naturellement le passage à la compétition, alors que la plupart des stations de ski acceptaient la pratique de cette nouvelle discipline et que ses pratiquants devenaient du coup les vecteurs d'un nouveau marché très apprécié. L'influence de la compétition, et donc d'un système de fédérations nationales et de fédération internationale, commença à se faire sentir durant les années 80. Les premiers championnats américains eurent lieu en 1982, suivis des premiers championnats du monde en 1983 - et d’un circuit de coupe du monde en quatre manches (deux aux États-Unis d’Amérique et deux en Europe). L'International Snowboarding Federation (ISF) fut créée en 1990 et, en 1994, à la demande des fédérations nationales de ski, dont bon nombre organisaient déjà des compétitions de snowboard, la Fédération Internationale de Ski (FIS) fit de ce sport l'une de ses disciplines. Cette reconnaissance facilita l'admissibilité du snowboard aux Jeux Olympiques d'hiver.

Le programme des championnats du monde et de la Coupe du monde englobe désormais les cinq épreuves suivantes: slalom parallèle, slalom géant parallèle, halfpipe, snowboardcross et big air. En slalom parallèle et en slalom géant parallèle, deux athlètes s'élancent sur des parcours parallèles au tracé identique. Le plus rapide à l'issue d'un passage se qualifie pour la manche suivante. Le halfpipe est une épreuve acrobatique qui se déroule dans un tube en demi-lune (d'où le nom halfpipe) bordé de deux parois parallèles formées de neige dure.

Le snowboard cross est une épreuve très spectaculaire disputée en manches éliminatoires, chaque éliminatoire réunissant plusieurs skieurs (quatre) qui s'élancent en même temps sur le même parcours. Les premiers à franchir la ligne d’arrivée se qualifient pour la manche suivante. Il s'agit d'une épreuve rapide qui offre une action soutenue, exige beaucoup de doigté et occasionne des trajectoires au coude à coude. Le big air est une épreuve identique au halfpipe. Les skieurs réalisent toute une série de figures au-dessus d'un énorme tremplin.

Le snowboard a fait son apparition aux Jeux Olympiques d'hiver à Nagano en 1998, où il a acquis une étonnante popularité. il se disputait en « alpin » sous la forme d'un slalom géant et en « freestyle » avec le halfpipe. . Aux Jeux Olympiques de Salt Lake City (deux épreuves dames et deux épreuves messieurs), le slalom géant traditionnel fut remplacé par un slalom géant parallèle disputé selon une formule éliminatoire palpitante. Le halfpipe, lui, était toujours au programme olympique. Enfin, aux Jeux de Turin 2006, (trois épreuves dames et trois épreuves messieurs), le snowboardcross a fait son apparition, rejoignant les épreuves de géant parallèle et de halfpipe.

Haut de page 

Epreuves

Slalom géant parallèle

Dans le slalom géant, deux concurrents descendent simultanément sur la même piste, en suivant des parcours parallèles marqués par des portes respectivement bleues (parcours de droite) et rouges (parcours de gauche). Les tracés, la configuration du terrain et la préparation de la neige doivent être autant que possible identiques. La dénivellation entre le départ et l'arrivée est comprise entre 120 et 200 m.
Les qualifications et les finales des épreuves masculines et féminines de slalom géant parallèle sont organisées à des jours différents comme deux épreuves distinctes.

Qualifications
Chaque concurrent descend une fois le parcours rouge et une fois le parcours bleu. Lors de la première manche, les numéros de dossards impairs prennent le parcours rouge, les numéros de dossards pairs le parcours bleu. L'ordre de départ de la manche éliminatoire est à l'inverse des résultats de la première manche. Tous les athlètes ayant terminé la manche de qualification participent à la manche éliminatoire. Ils prennent le parcours opposé à celui descendu dans la première manche.
Les 16 premiers concurrents au classement des temps cumulés (première et deuxième manche) se qualifient pour les finales. Dans le cas d'un ex aequo pour la 16e place, les concurrents participent immédiatement à une manche supplémentaire organisée sur le parcours rouge.

Finales
Les finales sont divisées en six phases : huitièmes de finale, quarts de finale, demi finales, classement de la 5e à la 8e place, petite finale et finale. Chaque paire de concurrent effectue deux descentes, une sur chaque parcours (rouge et bleu) lors de rencontres à un contre un. Le temps pris en compte est l'écart entre le premier concurrent passant la ligne d'arrivée et le second. Pour la deuxième manche, la porte de départ s'ouvre en fonction de l'écart de temps du concurrent battu dans la première manche. Un concurrent forfait ou sorti de piste dans la première manche commencera la deuxième manche avec un temps de pénalité. Le temps de pénalité représente quatre pour cent (1,5 seconde maximum) du meilleur temps de qualification (respectivement masculin et féminin). L'écart de temps maximum ne peut dépasser le temps de pénalité. S'il y a ex aequo dans la première manche, le vainqueur de la deuxième manche est automatiquement qualifié. S'il y a ex aequo après deux manches, le concurrent possédant le meilleur temps passe au tour suivant. Si les concurrents sont ex aequo dans les deux manches, celui possédant le meilleur temps de qualification passe au tour suivant. Dans la seconde manche, si les deux concurrents sont disqualifiés ou sortent de la piste, le concurrent qui a passé le plus de portes est qualifié pour le tour suivant.

Résultats
Les temps de qualification déterment le classement à partir de la 17ème place. Les temps établis à la suite des seize huitièmes de finale décident des places 9 à 16. Le tour de consolation qui suit les quarts de finale déterminera le classement des places 5 à 8. La petite finale décide de la quatrième place et du médaillé de bronze et la finale des médaillés d'or et d'argent.

Half Pipe

Comme son nom l'indique, l'épreuve se dispute dans un « demi-tuyau » semblable à celui utilisé en skate board : il s'agit d'un demi-cylindre creusé dans la neige, long d'environ 120-130 m, avec une inclinaison de 16 à 17%. Toute la technicité de l'épreuve réside dans la capacité de l'athlète à s'élever au-dessus des murs latéraux en effectuant des figures et des acrobaties, appelées sorties ; ceci en traversant le Half Pipe d'un mur à l'autre entre six et huit fois et en exploitant toute la longueur du pipe. Chaque athlète a un accompagnement musical pour sa prestation.
Les qualifications et les finales des épreuves masculines et féminines de Half Pipe sont organisées à des jours différents comme deux épreuves distinctes.

Juges
5 juges pour l'impression d'ensemble. 1 juge principal qui supervise et contrôle les procédures de notation. Le total des notes des 5 juges représente la note totale. chacun juge un aspect de la prestation :
•1. évolutions droites sans rotation
•2. rotations
•3., 4, 5, évaluation globale qui prend en compte la hauteur des évolutions, leur ampleur, la qualité technique de l'exécution de la manche et les chutes éventuelles.

Qualifications
Deux manches de qualification. Les six premiers concurrents au classement après la première manche accèdent directement à la finale. Les autres concurrents participent à une seconde manche de qualification. Un tirage au sort par ordinateur est effectué pour déterminer l'ordre de départ de la première manche de qualification. L'ordre de départ de la deuxième manche est à l'inverse du classement de la première manche.

Finales
Chaque concurrent participe à deux manches. La meilleure des deux notes est conservée comme résultat final.
L'ordre de départ de la première manche est à l'inverse du classement des qualifications. L'ordre de départ de la seconde manche est à l'inverse du classement de la première manche finale.

Résultats
• Les places 1 à 12 sont déterminées par la meilleure note des concurrents sur les deux manches finales ;
• A partir de la place 13, la meilleure note de qualification (meilleure des deux manches) est prise en compte.
Ex aequo
Si deux concurrents ou plus obtiennent la même note totale, leurs deux meilleurs résultats dans la manche concernée seront pris en compte pour déterminer le vainqueur. S'ils sont toujours ex aequo, les trois meilleurs résultats seront considérés. Enfin, s'ils ne sont toujours pas départagés, ils resteront ex aequo et le concurrent avec le numéro de dossard le plus élevé sera placé en premier dans le classement.

Snowboard-Cross

L'épreuve a fait ses débuts olympiques à Turin en 2006. Le parcours, dessiné et construit par un shaper (traceur) se compose de plusieurs sections : whoops (bosses), waves (vagues), banks (plans inclinés), kickers (sauts) et spine (sauts avec sortie à 90°). Le tracé est délimité par des portes directionnelles triangulaires bleues et rouges qui indiquent à la fois le parcours à suivre et les obstacles.
Les finalistes sont répartis en séries de quatre concurrents qui descendent simultanément sur le même parcours. Les deux premiers d'entre eux peuvent participer au tour suivant, et ainsi de suite jusqu'à la finale qui conduit au podium.

Les qualifications et les finales des épreuves masculines et féminines de Snowboard Cross sont organisées à des jours différents comme deux épreuves distinctes.

Qualifications
Chaque concurrent participe à deux manches de qualification. Si le nombre de participants est inférieur ou égal à 31, les 16 premiers au classement se qualifient pour les finales. Si 32 athlètes ou plus sont inscrits, les 32 meilleurs athlètes se qualifient pour les finales. La meilleure des deux manches détermine le temps de qualification.

Finales
En application du règlement de la FIS, les athlètes qualifiés pour les finales sont divisés en groupes de quatre athlètes (séries).
Les numéros de dossard dans les finales correspondent aux classements des athlètes dans les qualifications.
Les athlètes choisissent leur position au départ pour chaque série de finale selon l'ordre de leurs numéros de dossard. L'athlète possédant le meilleur temps de qualification de la série choisit donc le premier (numéro de dossard le plus bas), le deuxième choisit en second, etc.
Au départ, les couleurs suivantes sont assignées aux positions (de gauche à droite, face à la pente) : noir, jaune, rouge, bleu. Chaque athlète porte un dossard de la couleur correspondant à sa position.

Finales avec 16 athlètes ou moins :
elles comprennent des quarts de finale (4 séries), un repêchage des quarts de finale (Second Round Qualifier = 2 séries), des demi-finales (2 séries), une série de classement de la 13ème à la 16ème place, une série de classement de la 9ème à la 12ème place, une petite finale (classement de la 5ème à la 8ème place) et une finale (classement de la 1ère à la 4ème place).
Les vainqueurs des quarts de finale se qualifient directement pour les demi-finales. Les athlètes classés 2ème et 3ème dans les quarts de finale se qualifient pour le repêchage. Les athlètes se classant à la 4ème place se qualifient pour la série de classement de la 13ème à la 16ème place. Les deux meilleurs athlètes de chaque repêchage se qualifient pour les demi-finales. Les athlètes arrivant en 3ème et 4ème places dans les séries de repêchage se qualifient pour la série de classement de la 9ème à la 12ème place.
Les deux meilleurs athlètes de chaque demi-finale se qualifient pour la finale (médailles). Les athlètes se classant 3ème et 4ème dans les demi-finales se qualifient pour la petite finale (de la 5ème à la 8ème place).

Finales avec 32 concurrents :
elles comprennent des huitièmes de finale (8 séries), des quarts de finale (4 séries), un repêchage des quarts de finale (2 séries), des demi-finales (2 séries), une série de classement de la 13e à la 16e place, une série de classement de la 9ème à la 12ème place, une petite finale (classement de la 5ème à la 8ème place) et une finale (classement de la 1ère à la 4ème place).
Les deux meilleurs athlètes de chaque huitième de finale se qualifient pour les quarts de finale. Les athlètes se plaçant aux 3e et 4e places sont classés selon leurs résultats de qualification. Les vainqueurs des quarts de finale se qualifient directement pour les demi-finales. Les athlètes se plaçant aux 2ème et 3ème places en quarts de finale se qualifient pour les deux séries de repêchage. Les athlètes en 4e place se qualifient pour la série de classement de la 13ème à la 16ème place. Les deux premiers athlètes de chaque série de repêchage se qualifient pour les demi-finales. Les athlètes se plaçant aux 3ème et 4ème places dans les séries de repêchage se qualifient pour la série de classement de la 9ème à la 12ème place.
Les deux meilleurs de chaque demi-finales se qualifient pour la finale (médailles). Les athlètes se plaçant en 3ème et 4ème places dans les demi-finales se qualifient pour la petite finale (de la 5ème à la 8ème place).

Haut de page 

Médaillés d’or français aux Jeux

Haut de page 

Les médailles aux JO

Haut de page 


Warning: include(/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/24.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/98.php on line 2

Warning: include(): Failed opening '/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/24.php' for inclusion (include_path='.:/opt/remi/php72/root/usr/share/pear:/opt/remi/php72/root/usr/share/php:/usr/share/pear:/usr/share/php') in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/98.php on line 2

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page