Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Hockey sur glace

 


Notice: Undefined variable: sousnav in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 250

Notice: Undefined variable: htm in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 264

Histoire de la discipline

Le hockey sur glace est un sport canadien, dont les origines remontent au début du XIXe siècle. Il est fondé sur plusieurs sports similaires pratiqués en Europe, notamment le bandy en Scandinavie, et présente des similitudes avec le shinny et le hurley. Le mot hockey vient du vieux français « hocquet » qui signifiait « crosse ». Il est largement admis que ce sont les Britanniques qui ont introduit ce sport en Amérique du Nord. Les soldats stationnés en Nouvelle-Écosse, au Canada, ont joué les premiers matches.

Vers 1860, le palet a remplacé le ballon et, en 1879, deux étudiants de l'université McGill, W. F. Robertson et R. F. Smith, ont élaboré une première série de règles combinant celles du hockey sur gazon et du rugby. À l'origine, les équipes comptaient neuf joueurs. Le Hockey Club de l'université McGill a été créé en 1880. Le hockey est devenu le sport national du Canada, où une multitude de ligues a été établie. En 1894, Lord Stanley, Gouverneur général du Canada, a créé la Coupe Stanley, qui a été remportée la même année par une équipe représentant l'Association des athlètes amateurs de Montréal. Le hockey sur glace s'est implanté en Europe entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale. Les premiers championnats d'Europe ont eu lieu en 1910 aux Avants, dans les Alpes suisses, et ont été remportés par la Grande-Bretagne. La pratique du hockey s'est étendue aussi aux États-Unis, où la United States Amateur Hockey League a été fondée à New York en 1896.

Le hockey sur glace a été inscrit pour la première fois au programme olympique lors des Jeux d'été d'Anvers, qui se sont déroulés en avril 1920. Cette compétition, qui a constitué aussi les premiers championnats du monde, a réuni des équipes de sept joueurs. C'est la seule fois où des équipes de sept joueurs ont participé aux Jeux Olympiques. La règle actuelle des équipes de six joueurs sur la glace a été appliquée lors des Jeux Olympiques de 1924.

Le hockey sur glace a fait partie de tous les Jeux Olympiques d'hiver. Comme cela était prévisible, le Canada a dominé les premiers tournois olympiques. De 1956, date à laquelle elle a commencé à participer aux Jeux Olympiques d'hiver et a remporté facilement le tournoi de hockey sur glace, jusqu'à sa dislocation, l'Union soviétique a exercé une domination sans partage, interrompue seulement par les victoires des États-Unis en 1960 et 1980.

Dans les années 80, il a été décidé que les hockeyeurs professionnels qui avaient joué en Ligue nationale de hockey (NHL) pourraient participer au tournoi olympique. Ces professionnels représentaient essentiellement la Suède, la Finlande et la Tchécoslovaquie, les joueurs canadiens et américains devant participer à la saison de la NHL. Pour les Jeux de Nagano (1998) toutefois, la NHL a suspendu les matches pendant deux semaines afin que tous les joueurs de la ligue puissent représenter leur pays. La même décision a de nouveau été prise pour Salt Lake City en 2002 et Turin en 2006.

Le hockey sur glace féminin a commencé à se développer dans les années 20 au Canada. Il s'est organisé à la fin des années 60, quand des ligues féminines ont été créées sur tout le territoire canadien. L'Association de hockey féminin de l'Ontario a organisé le premier tournoi national canadien en 1982. Parallèlement, des équipes et des ligues féminines ont commencé à voir le jour aux États-Unis et en Europe.

Les premiers championnats internationaux ont été le World Invitational Tournament en 1987 à Missisauga, Ontario, Canada. La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a alors entrepris de préparer des championnats du monde féminins. Les premiers championnats européens de hockey sur glace féminin ont eu lieu en 1989, tandis que les premiers championnats du monde se sont déroulés en 1990. Le hockey sur glace féminin est devenu sport olympique en 1992 et a fait ses débuts aux Jeux en 1998 à Nagano.

Haut de page 

Epreuves

Différences entre le Championnat du Monde de l'IIHF et les Jeux Olympiques d'Hiver :

Le Championnat du Monde de l'IIHF est divisé en quatre poules - A, B, C et D. Seule une équipe disputant le Championnat du Monde de l'IIHF (Poule A) peut devenir Championne du Monde IIHF. Le Championnat du Monde IIHF est disputé par 16 équipes.

Changements intervenus depuis les Jeux Olympiques d'Hiver de Salt Lake City 2002 :

Le nombre d'équipes disputant la compétition masculine est passé de 14 à 12. Le format de la compétition était auparavant de deux groupes (A et B) de 4 équipes pour la phase préliminaire, et deux groupes (C et D) de 4 équipes chacun pour la phase finale et les séries éliminatoires (quarts de finale, demi-finales, finale et finale pour la troisième place).

Patinoire et équipement

Pour la compétition olympique, la patinoire fait entre 60 et 61 mètres de long pour 29 à 30 mètres de large. Le palet est en caoutchouc vulcanisé ou tout autre matériel approuvé par l'IIHF et en principe de couleur noire.
Les dimensions du palet ne doivent pas dépasser :
• diamètre : 7,62 cm
• épaisseur : 2,54 cm
• poids : 156 à 170 grammes
Un logo peut être imprimé sur chaque face du palet mais son diamètre ne doit pas être supérieur à 4,50 cm ; il ne pourra en aucun cas occuper plus de 35% de la surface du palet.

Tournoi olympique

Chaque équipe est composée de 20 joueurs et 3 gardiens de but, pour un total de 23 joueurs sur la feuille de match dans le tournoi masculin, et de 18 joueuses et deux gardiens de but, pour un total de 20 joueuses sur la feuille de match dans le tournoi féminin.

Le tournoi olympique comprend deux phases. Durant la première (tour préliminaire), les équipes sont divisées en deux groupes de six pour les hommes, et en deux groupes de quatre pour les femmes. Chaque équipe joue contre les autres équipes de son groupe, après quoi on les classe toutes en fonction des scores obtenus. Les quatre meilleures de chaque groupe ont accès à la seconde phase (éliminatoire quarts de finale, demi-finales, finale et finale pour la troisième place), où l'élimination est directe : l'équipe qui remporte tous les matchs se voit attribuer la médaille d'or.

Classement lors du tour préliminaire :

Pour chaque match, les points sont attribués de la manière suivante :
• deux points pour une victoire ;
• point pour un match nul ;
• zéro point pour une défaite.
Le classement est déterminé par le nombre dep oints obtenu par chaque équipe à l'issue de tous les matches disputés dans leur groupe respectif. Si deux ou plusieurs équipes ont marqué le même nombre de points dans un groupe, les équipes seront classées conformément à la Loi 610 de l'IIHF.

Lors du tour préliminaire, les équipes à égalité seront classées :

1. suivant le nombre de points obtenus lors des rencontres jouées entre les équipes à égalité.
En cas d'égalité,
2. suivant la différence de buts des rencontres jouées entre les équipes à égalité.
En cas d'égalité,
3. suivant le nombre de buts inscrits lors des rencontres jouées entre les équipes à égalité.
En cas d'égalité,
4. suivant la différence de buts sur tous les matches joués dans le groupe.
En cas d'égalité,
5. suivant le nombre de buts inscrits lors de tous les matches joués dans le groupe.
Si l'égalité persiste, elle sera annulée par une compétition de tirs au but ou par tirage au sort si les deux équipes en sont d'accord. Si une situation d'égalité parfaite se présente entre les deux équipes disputant le tout dernier match d'un groupe, la partie sera prolongée en appliquant le même règlement que pour les séries éliminatoires

Phase éliminatoire

Dans toutes les séries éliminatoires, où il doit y avoir un vainqueur, si, à la fin des trois tiers temps, le résultat est nul, on jouera une prolongation de 10 minutes en appliquant le principe de la «mort subite», l'équipe qui marque le premier but de cette période de prolongation étant déclarée vainqueur, sauf pour ce qui concerne la finale pour la médaille d'or, où la prolongation sera de 20 minutes, toujours selon le principe de la «mort subite». Si aucun but n'est marqué durant cette prolongation, on procèdera à l'épreuve des tirs au but. Cinq joueurs de chaque camp tirent un penalty et l'équipe qui a marqué le plus de buts sur les cinq tirs l'emporte. S'il y a toujours égalité, un joueur de chaque camp tire un penalty pour déterminer le vainqueur. Ce processus continue jusqu'à ce que l'égalité soit rompue.

Règlement concernant les pénalités

Il existe une grande variété de pénalités en Hockey sur Glace, qui peuvent avoir pour résultat, pour le joueur fautif (ou pour un joueur de l'équipe fautive) de devoir passer un certain temps en «prison», en dehors de la glace, ou bien qui peut donner la possibilité à l'équipe adverse de tirer un tir de pénalité. Le temps passé en «prison» peut aller de deux minutes jusqu'à la totalité du temps rester à jouer dans le match. En règle générale, bien qu'il y ait des exceptions, l'équipe fautive devra jouer une certaine période de temps en infériorité numérique, c'est-à-dire avec moins de joueurs sur la glace. Si une pénalité est détectée pendant que l'équipe non fautive est en possession du palet, l'arbitre signalera qu'une pénalité est en cours mais laissera le jeu se poursuivre jusqu'à ce que l'équipe fautive rentre en possession du palet.

Les pénalités sont divisées en deux catégories, qui indiquent le temps à passer en «prison» :
• pénalité mineure (2 minutes) ;
• pénalité mineure de banc (2 minutes) ;
• pénalité majeure (5 minutes) ;
• pénalité pour méconduite (10 minutes) ;
• pénalité pour méconduite de match (exclusion de la partie avec remplacement immédiat) ;
• pénalité de match (exclusion de la partie, remplacement autorisé au bout de cinq minutes) ;
• tir de pénalité (l'équipe adverse choisir entre un tir de pénalité ou bien l'envoi du joueur fautif en prison pour la période donnée).

La catégorie de la pénalité varie selon la situation de jeu et/ou la discrétion de l'arbitre. Les pénalités qui peuvent être sifflées durant le jeu et leurs conséquences sont résumées ci-dessous

Contestation des officiels

Un joueur qui discute la décision de n'importe quel officiel durant la rencontre se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). S'il persiste dans ce type de comportement, il se verra infliger une pénalité pour méconduite de match (exclusion). Pour toute autre discussion, il se verra infliger une pénalité de match (exclusion).

Projection dans les balustrades

Un joueur qui avec son corps, ses coudes, charge ou fait trébucher un adversaire de telle manière que celui-ci est projeté violemment dans les balustrades se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure, ainsi qu'une pénalité de match automatique (5 minutes + pénalité de match).

Crochetage

Un joueur qui essaie de faire tomber un adversaire avec sa crosse se verra infliger une double pénalité mineure ainsi qu'une pénalité pour méconduite (2 minutes + 2 minutes + 10 minutes).

Charge

Un joueur qui saute sur ou charge un adversaire se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes). Un joueur qui saute sur ou charge le gardien de but adverse dans sa cage se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes).

Charge par derrière

Un joueur qui saute sur ou charge de quelque manière que ce soit un adversaire par derrière se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) ou une pénalité de match (exclusion). Un joueur qui blesse un adversaire en résultat d'une charge par derrière se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité majeure (5 minutes) ou une pénalité de match (exclusion).

Coup à la tête

Un joueur qui saute sur ou charge de quelque manière que ce soit un adversaire à la tête se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) ou une pénalité de match (exclusion). Un joueur qui blesse un adversaire en résultat d'une charge à la tête se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité majeure (5 minutes) ou une pénalité de match (exclusion).

Fautes avec la crosse

Un joueur qui fait tomber un adversaire avec sa crosse se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité automatique pour méconduite (exclusion). Un joueur qui blesse un adversaire en résultat d'une charge avec la crosse se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité pour méconduite (exclusion).

Gain de temps

Le palet doit être constamment gardé en mouvement. Une équipe qui est en possession du palet dans sa propre zone défensive doit faire avancer le palet vers l'avant en direction du but adverse, sauf :
• pour faire passer le palet derrière son but une fois,
• si elle est empêchée de le faire par les joueurs de l'équipe adverse,
• si l'équipe est en infériorité numérique.

Un joueur qui est sorti de sa zone défensive ne doit pas envoyer le palet en arrière dans sa zone de défense dans le but de gagner du temps, sauf si son équipe est en infériorité numérique. A la première infraction, l'arbitre adressera un avertissement au capitaine de l'équipe fautive. A la deuxième infraction durant la même période de jeu, le joueur fautif se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Tout joueur ou gardien qui retient, gèle ou bloque le palet avec sa crosse, ses patins ou son corps le long des balustrades de telle façon qu'il interrompt le jeu, sauf s'il est chargé par un adversaire, se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes).

Déplacement volontaire de la cage de buts

Un joueur ou un gardien de but qui déplace volontairement un but de sa position normale se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Si cela se produit durant les deux dernières minutes de la partie, ou à n'importe quel moment durant les prolongations, l'arbitre accordera un penalty à l'équipe non fautive. Si un joueur ou un gardien de but déplace volontairement un but de sa position normale lorsqu'un adversaire a le contrôle du palet sans qu'il y ait d'opposition entre lui et le gardien adverse et que cet adversaire ait ainsi une bonne opportunité de marquer, l'arbitre accordera un tir de pénalité à l'équipe non fautive. Si, pendant qu'un gardien de but a été sorti de la glace, un joueur de son équipe déplace le but de sa position normale, l'arbitre accordera un but à l'équipe non fautive.

Coups de coude

Un joueur qui utilise son coude pour commettre une faute sur un adversaire se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur qui blesse un adversaire par un coup de coude se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité de match (exclusion).

Bagarres ou brutalités

Un joueur qui enlève intentionnellement son ou ses gants lors d'une bagarre se verra infliger une pénalité pour méconduite (10 minutes). Un joueur qui provoquera une bagarre se verra infliger une pénalité de match (exclusion). Un joueur qui, ayant été frappé, répliquera par un coup ou une tentative de coup se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Tout joueur ou gardien de but qui est le premier à intervenir dans une bagarre en cours se verra infliger une pénalité pour méconduite (exclusion). Si un joueur auquel l'arbitre a demandé de s'arrêter continue de se bagarrer, essaie de continuer ou empêche un juge de touche d'accomplir sa tâche, il se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une double pénalité mineure (2 minutes + 2 minutes) ou une pénalité majeure ainsi qu'une pénalité de méconduite de match (5 minutes + exclusion) ou une pénalité de match (exclusion). Un joueur qui est impliqué dans une bagarre en dehors de l'aire de jeu se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité pour méconduite (10 minutes) ou une pénalité pour méconduite de jeu (exclusion). Si un joueur se rend coupable d'une brutalité inutile, il se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une double pénalité mineure (2 minutes + 2 minutes) ou une pénalité majeure ainsi qu'une pénalité automatique pour méconduite de match (5 minutes + exclusion).

Crosses hautes

Lever les crosses au-dessus de la ligne normale des épaules est interdit et tout joueur qui enfreindra cette règle se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité automatique pour méconduite de match (exclusion). Un joueur qui fait passer n'importe quelle partie de sa crosse au-dessus de la ligne des épaules et blesse un adversaire avec sa crosse se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité automatique pour méconduite de match (exclusion). Toutefois, si la crosse haute qui a provoqué la blessure est jugée accidentelle, le joueur fautif se verra infliger une double pénalité mineure (2 minutes + 2 minutes).

Blocage

Un joueur qui bloque un adversaire avec ses mains ou avec sa crosse se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur qui saisit ou tient le masque ou le casque, ou qui tire les cheveux d'un adversaire se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) + une pénalité de méconduite (10 minutes).

Blocage de la crosse

Un joueur qui retient la crosse d'un adversaire avec la main ou de toute autre façon se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes).

Crochetage

Un joueur qui empêche, ou essaie d'empêcher, un adversaire de progresser en le crochetant avec sa crosse se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur qui blesse un adversaire en le crochetant se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes).

Equipement illégal

Un joueur qui :
• porte son équipement ou sa visière d'une façon susceptible de provoquer la blessure d'un adversaire, ou
• porte un équipement non autorisé
sera exclu de la glace et son équipe recevra un avertissement. En cas de nouvelle infraction par n'importe quel joueur de la même équipe pour le même motif ayant motivé l'avertissement, l'arbitre infligera une pénalité mineure (2 minutes) au joueur fautif.

Obstruction

Un joueur qui empêche la progression d'un adversaire qui n'est pas en possession du palet se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur se trouvant sur l'un des deux bancs réservés aux joueurs ou sur le banc de prison qui, à l'aide de sa crosse ou de son corps, gênera le mouvement du palet d'un adversaire sur la glace durant le déroulement de la rencontre se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur qui, au moyen de sa crosse ou de son corps, gênera ou empêchera les mouvements du gardien lorsque celui-ci est dans sa zone de but se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Si, lorsque le gardien a été sorti de la glace, un membre de son équipe, y compris un officiel qui n'est pas légalement sur la glace, gêne au moyen de sa crosse ou de son corps le mouvement du palet d'un joueur adverse, l'arbitre accordera un but à l'équipe adverse.

Coups de genou

Un joueur qui utilise son genou pour faire faute sur un adversaire se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Un joueur qui blesse un adversaire avec son genou se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité automatique de méconduite de match (exclusion).

Coups de crosse

Un joueur qui empêche ou essaie d'empêcher la progression d'un adversaire en le frappant avec sa crosse se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une pénalité automatique de méconduite de match (exclusion). Un joueur qui blesse un adversaire en le frappant avec sa crosse se verra infliger une pénalité majeure (5 minutes) ainsi qu'une une pénalité automatique de méconduite de match (exclusion). Un joueur qui jette sa crosse sur un adversaire au cours d'une bagarre se verra infliger une pénalité majeure ainsi qu'une une pénalité automatique de méconduite de match (5 minutes + exclusion) ou une pénalité de match (exclusion).

Harponnage

Un joueur qui essaie d'harponner un adversaire avec sa crosse se verra infliger une double pénalité mineure ainsi qu'une pénalité de méconduite (2 minutes + 2 minutes + exclusion). Un joueur qui harponne un adversaire avec sa crosse se verra infliger une pénalité majeure ainsi qu'une pénalité automatique de méconduite de match (5 minutes + exclusion). Un joueur qui blesse un adversaire en le harponnant se verra infliger une pénalité de match (exclusion).

Supériorité numérique sur la glace

Si, à n'importe quel moment de la partie, une équipe a plus que le nombre autorisé de joueurs sur la glace, l'équipe se verra infliger une pénalité mineure de banc (2 minutes). Si, durant les deux dernières minutes d'une partie et à n'importe quel moment d'une prolongation, un remplacement illégal est effectué (supériorité numérique sur la glace), l'arbitre accordera à l'équipe non fautive un tir de pénalité.

Croche-pieds

Un joueur qui mettra sa crosse, son genou, son pied, sa main ou son coude de telle façon qu'il fera trébucher ou tomber son adversaire se verra infliger, à la discrétion de l'arbitre, une pénalité mineure (2 minutes) ou une pénalité majeure (5 minutes). Dans le cours du jeu, si un joueur ayant le contrôle du palet en dehors de sa zone défensive n'a plus aucun autre adversaire que le gardien adverse, est chargé par derrière, ce qui empêche une bonne opportunité de marquer, son équipe se verra accorder un tir de pénalité. Si, quand le gardien de but a été sorti de la glace et qu'un joueur ayant le contrôle du palet hors de sa zone défensive et n'ayant plus d'adversaire entre lui et le but adverse est chargé par derrière, son équipe se verra accorder un but.

Conduite anti-sportive

Un joueur qui plonge pour essayer de faire pénaliser son adversaire se verra infliger une pénalité mineure (2 minutes). Si un joueur, quand il est sur la glace, utilise un langage obscène ou injurieux à l'encontre de toute personne, son équipe se verra infliger une pénalité mineure de banc (2 minutes).

Réclamations/appels

Les réclamations doivent être adressées par écrit et en anglais au jury du Directoire dans les soixante (60) minutes qui suivent la fin de la rencontre.

Tenues et numéros

Chaque équipe participant à un match doit avoir deux jeux de maillot de bas, un jeu de couleur claire et un jeu de couleur foncée. Les deux jeux doivent être approuvés par l'IIHF. La couleur de base doit recouvrir approximativement 80 pour cent de chaque pièce de l'équipement. Tous les joueurs d'une même équipe devront porter un casque (sauf les gardiens de but), un maillot, un flottant et des bas de couleur uniforme. Les maillots et les bas doivent être de la même couleur. Chaque joueur doit disputer toute la compétition avec le même numéro de joueur. Chaque joueur ou joueuse doit avoir son nom inscrit sur la partie supérieure du dos de son maillot en lettres latines de 10 cm de haut. Chaque joueur doit porter un numéro individuel de 20 à 30 cm de haut sur le dos de son maillot et ce même numéro, de 10 cm de haut, sur chacune des manches du maillot. Les numéros sont limités de 1 à 99.

Haut de page 

Médaillés d’or français aux Jeux

Haut de page 

Les médailles aux JO

Haut de page 


Warning: include(/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/24.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/98.php on line 2

Warning: include(): Failed opening '/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/24.php' for inclusion (include_path='.:/opt/remi/php72/root/usr/share/pear:/opt/remi/php72/root/usr/share/php:/usr/share/pear:/usr/share/php') in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/98.php on line 2

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page