Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Jean-Baptiste Grange : une étoile est née

 

Il a fait vibrer tous les amateurs de ski cet hiver : Jean-Baptiste Grange est devenu à 23 ans (il est né le 10 octobre 1984 à Saint-Jean de Maurienne) un des tous meilleurs slalomeurs du monde, et n’a raté la consécration qu’à quatre portes de l’arrivée de la dernière course de la saison, le 15 mars à Bormio.
Si le globe de cristal du slalom lui a échappé de justesse, l’expérience accumulée au plus haut niveau cette saison laisse augurer d’un avenir doré... et polyvalent.

Dossard rouge de leader du classement slalom de la Coupe du Monde 2007-2008, Jean-Baptiste Grange devait défendre ses 21 points d’avance sur l’italien Manfed Moelgg lors de la dernière explication entre les piquets, la finale de Bormio, samedi 15 mars 2008. Le trophée lui tendait les bras au bout d’une 2e manche parfaitement maitrisée. Alors qu’il ne restait plus que quatre portes à franchir… une petite faute à mis fin à son rêve. « Je n’ai pas de regrets. J’ai fait ce que je devais faire, j’ai tout lâché et puis j’ai fait cette faute. J’ai relativisé assez vite, mais je sais en même temps que si j’étais arrivé en bas, c’était fait, le globe était à moi ».

Pour situer le niveau où s’est placé Jean-Baptiste Grange en 2008, il suffit d’écouter Gilles Brenier, directeur de l’équipe de France de ski alpin masculine : « Il a fait une super saison. Quatre victoires, plusieurs podiums, et plus de 600 points marqués. Il faut savoir que Sébastien Amiez, dernier vainqueur français de la Coupe du Monde de slalom en 1996, n’avait à l’époque marqué que 380 points pour l’emporter. Ca s’est donc joué très très haut cet hiver. Et « JB » a vraiment fait tout ce qu’il fallait… à 99% ».

Le style de Jean-Baptiste Grange, cette position haute, très droite, a épaté tous les observateurs. « J’ai appris à skier comme ça » dit-il, « On a toujours l’impression que je suis en dedans. Sans chronomètre dans les mains, on dirait que je ne vais pas vite, mais c’est ma manière de skier qui veut ça ». « Il a un énorme feeling sur les skis » ajoute Gilles Brenier, « c’est un véritable surdoué, il fait tout dans la facilité et en même temps, c’est un fantastique guerrier. Il a beaucoup de talent ».

Après avoir couronné son hiver 2006-2007 par une médaille de bronze dans sa discipline de prédilection, lors des championnats du monde à Are (Suède), le seul podium de l’équipe de France, le skieur de Valloire a démarré la saison suivante sur des chapeaux de roue, commençant par signer le 17 décembre 2007 à Alta Badia (Italie), sa première victoire en Coupe du Monde. Il s’est ensuite imposé dans les prestigieuses épreuves de Wengen (remportant le super-combiné et le slalom) et de Kitzbühel, au cours d’un mois de janvier impérial. La suite fut plus difficile. « Ça faisait beaucoup de nouveautés ! Trois victoires en un mois, il fallait digérer cela. Quand on est devant, on laisse beaucoup d’influx, il faut savoir gérer. Je n’avais pas le droit à l’erreur sur les dernières courses. J’avais déjà réussi à passer des caps mentaux pour aller jouer avec les meilleurs, et là, j’ai eu du mal à rester régulier ».

L’avance du français a fondu en février, « et j’ai fait de gros efforts pour revenir. Enfin, nous sommes arrivés à Bormio et j’ai commencé par signer un bon résultat (4e) en géant. C’était un départ sans pression et ça m’a fait du bien. Ensuite, dans le slalom, il y a avait une très grosse pression, aussi bien sur Moelgg que sur moi. Il a tiré le meilleur dossard (le N°1) car la piste marquait vite, mais j’étais, je le crois, plus fort que lui. Puis j’ai fait cette erreur. Moelgg mérite son globe, pas de problème ».

Un avenir de polyvalent ?

L’avenir de Jean-Baptiste Grange s’annonce très intéressant. « Avec les qualités qu’il développe, il sera un jour capable d’aller jouer le classement général de la Coupe du Monde » prédit Gilles Brenier. Progresser en géant, donc, et prendre ses marques dans les épreuves de vitesse. Tout un programme.

En attendant, Jean-Baptiste constate : « Depuis que les groupes « Slalom » et « Géant » ont été regroupés en Equipe de France, il règne un super esprit, et tout le monde veut progresser. Nous voulons construire une équipe très forte. Il y a Julien Lizeroux, Cyprien Richard qui a fait un podium en géant à Bormio, Thomas Fanara, Stéphane Tissot qui va revenir très fort après sa blessure. Et pour ma part, avec les points engrangés cette saison, je vais pouvoir m’élancer avec des bons dossards dans les autres disciplines que le slalom. Partir d’entrée avec un n°15 en géant, ça va pouvoir jouer ! ».

En point de mire, et désormais dans moins d’un an, se profilent les championnats du monde de ski alpin 2009 à Val d’Isère. Avec l’expérience accumulée cet hiver, Jean-Baptiste Grange en sera sûrement un des grands protagonistes.


Warning: include(/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/12.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/143.php on line 2

Warning: include(): Failed opening '/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/12.php' for inclusion (include_path='.:/opt/remi/php72/root/usr/share/pear:/opt/remi/php72/root/usr/share/php:/usr/share/pear:/usr/share/php') in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/143.php on line 2

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page