Comité national olympique et sportif français

Comité national olympique et sportif français

Ancien site, retrouvez le nouveau : cnosf.franceolympique.com


 

Pour une nouvelle politique internationale du mouvement sportif français

 


Notice: Undefined variable: sousnav in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 250

Notice: Undefined variable: htm in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/php/function.php on line 264

Initier un nouvel élan international

Mardi 6 juillet, à la Maison du sport français, Denis Masseglia a reçu les fédérations nationales et les représentants français au sein des institutions sportives internationales. Ensemble, ils ont envisagé les moyens de renforcer la position de la France et du sport français à l’international. 84 dirigeants sur les 434 Français œuvrant dans des institutions internationales et recensés à ce jour avaient répondu favorablement à l’invitation. Cette réunion, une première, est l’expression d’une volonté marquée du CNOSF d’être actif dans les relations internationales. Elle a d’ailleurs été l’occasion de présenter la cellule mise en place au sein du CNOSF, sous la direction prochaine d’Olivier Lenglet, ainsi que le projet Annecy 2018.

Également entouré du secrétaire général du CNOSF, Jean-Pierre Mougin, et de Jean-Luc Rougé, vice-président délégué au haut-niveau, Denis Masseglia a présenté cette réunion comme la première étape officielle de constitution du réseau des représentants français au sein des Fédérations Internationales.

Exprimant un « réel intérêt pour une mutualisation de la démarche d’ensemble » des différents acteurs du mouvement sportif national, Denis Masseglia a précisé qu’il espérait des témoignages, voire des propositions permettant d’aller dans ce sens. « Nous avons à cœur de nous structurer pour répondre à vos besoins, vos attentes et à élaborer la stratégie que l’on souhaite mettre en place (…) En matière de relations internationales comme d’organisation nationale, il est nécessaire de partager » a-t-il déclaré. Jeux de la Francophonie, actions de solidarité, visas, question liés aux actions de l'AFLD, maîtrise des langues étrangères et défense du français, choix du candidat ou encore prise en compte des techniciens et médecins français dans la mise en place d’un réseau… les sujets abordés au cours des moments d’échange qui ont suivi la présentation initiale ont, de fait, été nombreux.

Denis Masseglia a introduit la séance par un double constat. Celui d’abord d’une réalité plutôt positive de la représentation française dans les institutions sportives internationales, comme élus ou comme dirigeants. Celui ensuite d’une nécessité de s’investir plus, ensemble, à l’appui des réseaux de chacun, pour réduire les marges d’incertitudes liées aux différentes démarches internationales. De fait, Denis Masseglia a exprimé deux grandes préoccupations : proposer une stratégie concernant l’organisation de grandes compétitions, avec en point de mire les Jeux Olympiques, et faciliter l’accès des dirigeants français à des responsabilités internationales.

Il s’agit d’initier un nouvel élan international pour le sport français. En réactivant la commission des relations internationales du CNOSF en mai 2009, ou en amenant la création de l’Association Francophone des Académies Olympiques (AFAO) et de l’Association Francophone de Comités Nationaux Olympiques, le CNOSF a déjà engagé un mouvement en ce sens. De son côté, le CNDS a lui-même institué une Commission internationale au sein de laquelle le CNOSF dispose de trois représentants. Le Président de la République a par ailleurs lui-même demandé la création d’une cellule consacrée à l’accueil des grands événements internationaux.

Haut de page 

Adopter une stratégie globale

La démarche, pour être efficace, doit s’inscrire dans une stratégie globale. Denis Masseglia a cependant souhaité disposer au préalable d’un panorama de la représentation française au sein des instances internationales. Ces informations, déjà partiellement recueillies (voir par ailleurs) permettront notamment de déterminer les caractéristiques, forces et faiblesses de cette représentation. Il s’agira ensuite de déterminer comment l’améliorer, par le partage des acquis de l’expérience, l’élaboration d’un projet, le lobbying, mais aussi la logistique, et, éventuellement quelques moyens financiers.

D’ores et déjà le partage d’expériences des personnes déjà élues au bénéfice des fédérations nationales et des nouveaux candidats est une nécessité. De même, Denis Masseglia estime qu’il faut essayer de proposer un candidat à toute fédération internationale ayant à pourvoir des postes décisionnaires afin d’actualiser en permanence la représentation française à l’étranger. A ce titre, il a insisté sur le rôle stratégique tenu par un président et son secrétaire général en termes de relations internationales, ces fonctions étant privilégiées dans l’ordre protocolaire sportif, en particulier au niveau des instances olympiques.

Mais ces candidats doivent pouvoir bénéficier d’un accompagnement leur permettant d’accroître leurs chances de l’emporter sur la concurrence. Ils doivent également pouvoir compter sur un réseau, de dirigeants français comme internationaux. Jean-Pierre Mougin, qui a récemment été désigné représentant européen pour l’élection à la présidence de la Fédération Internationale de Motocyclisme a ainsi témoigné de l’importance du réseau établi auprès d’autres dirigeants européens qui, pour cette élection, lui a permis d’inverser avec succès une situation mal engagée.

Haut de page 

Mutualiser les réseaux et les expériences

Sur cette question du réseau, la mutualisation apparaît particulièrement constructive. Jean-Pierre Mougin estime ainsi que « chacun a son réseau d’influence, si nous les ajoutons les uns aux autres, nous avons un réseau exceptionnel, très dense ». Au-delà, le secrétaire général considère que, « Jusqu’à présent, le mouvement sportif français a beaucoup souffert d’un repli sur lui-même, il faut nous ouvrir aux autres » et nouer de vraies relations avec des dirigeants étrangers. Les Comités Olympiques Européens sont à ce titre un point d’appui important : « Il est logique qu’il y ait une certaine solidarité » a ainsi estimé Jean-Pierre Mougin.

Un tel réseau international commun doit être structuré. Denis Masseglia, évoquant les pratiques d’autres CNO en matière de soutien aux candidats à des élections, a affirmé le « besoin d’être plus actifs, plus volontaristes ». Et les relais permettant de s’informer ou d’échanger sont pléthores.

Jean-Pierre Mougin a ainsi évoqué le Bureau des COE à Bruxelles, l’ENGSO (European Non-Gouvernmental Sport Organisation), les associations méditerranéennes ou la Francophonie, « un réseau à mettre en œuvre, prêt à nous soutenir », prêt à nous aider à déployer une campagne importante et efficace. Il a en particulier ressenti « l’envie des CNO francophones de participer avec la France à la création et à l’animation d’un réseau ». Le secrétaire général du CNOSF a par ailleurs incité au regroupement de fédérations sportives au sein d’associations francophones. « Les principales demandes des pays africains portent sur l’aide à la formation de cadres et à l’équipement. Si nous les soutenons, nul doute que les pays francophones rendront l’ascenseur Nous pouvons compter sur une certaine solidarité. Il ne faut pas que seuls les anglophones puissent profiter d’un réseau ».

D’autres pistes ont été évoquées : un rassemblement annuel des représentants français à l’international, l’envoi de la newsletter du CNOSF et d’informations régulières concernant la situation internationale, notamment au CIO, la diffusion d’éléments de langage commun concernant les candidatures à des événements ou à l’élection au sein d’instances internationales… Denis Masseglia a également évoqué la finalisation d’une convention avec Martin Hirsch, en charge de la mise en place du service civique, pour que des postes puissent être mis au service du mouvement associatif.

Yvan Mainini, président de la FF basket-ball, conseiller de Denis Masseglia et en lice pour la présidence de la FIBA a par ailleurs indiqué l’importance d’examiner avec attention les statuts des FI : « les places les plus importantes ne sont pas toujours la présidence ou le secrétariat général. Parfois un directeur général peut être plus influent ».

Haut de page 

Mieux anticiper pour mieux planifier

Pour Jean-Luc Rougé, dont la délégation Sport et haut-niveau au sein du CNOSF est la plus concernée par les relations internationales : « la première chose qu’il faudra faire, c’est avoir un calendrier et une veille. Quand nous apprenons au dernier moment qu’une candidature est ouverte dans une Fédération internationale, nous sommes déjà dépassés ». « Dans les relations internationales, il est important d’anticiper » explique le vice-président du CNOSF qui insiste par ailleurs sur la nécessité d’organiser un réseau d’information auprès du CIO afin de faire remonter au plus vite les informations.

Dans le même ordre d’idées, concernant l’organisation de grandes manifestations, Denis Masseglia souhaite, que soit étudiée la possibilité de disposer d’une répartition dans le temps des grands événements auxquels la France se porte candidate. Cela permettrait notamment de faire porter l’effort public d’une manière plus régulière, et de mieux planifier pour accroître ses chances de réussite.

Pour prendre en charge l’ensemble des questions abordées, le CNOSF met en place une cellule dédiée, sous la responsabilité d’Olivier Lenglet, actuellement directeur général des championnats du monde d’escrime et qui sera donc pleinement disponible après ces derniers. Le champion olympique, « heureux de s’attaquer à cette tâche », se veut rassurant. « On ne sera pas tout seul » a-t-il ainsi affirmé.

Au fond, ce rassemblement aura d’abord permis de faire prendre conscience à tous qu’ils ne sont pas seuls pour participer au rayonnement international du sport et de la France. Jean Poczobut, qui s’est réjoui de l’initiative du CNOSF et de cette possibilité de s’exprimer, a ainsi manifesté un vif intérêt au sujet de la constitution d’un réseau interne à la France, précisant cependant : « il faudrait trouver une forme qui permette à chacun de s’exprimer ».

Cette force collective, un projet commun peut lui donner consistance : le projet d’Annecy 2018. Dernier volet de ces échanges, la candidature française aux Jeux Olympiques, a été présentée à l’assistance par son directeur général, Edgar Grospiron, Hervé Madoré, directeur général délégué, et Gilles Ziglioli, manager du comité de pilotage. Cette perspective apparaît comme une réelle occasion de démontrer l’unité du mouvement sportif, mais aussi de structurer et d’action le réseau international du sport français.

Haut de page 

Chiffres clés – La France dans les instances sportives internationales

Enquête ayant, au 1er juillet 2010, recueilli les réponses de 71 fédérations membres du CNOSF sur 107 interrogées.

Au niveau européen
8 Présidents
32 personnes membres de Bureaux exécutifs
21 personnes membres de Comités directeurs ou de Conseils d’administration
117 postes au sein de commissions.

Au niveau mondial
10 Présidents
59 personnes membres de Bureaux exécutifs
40 personnes membres de Comités directeurs ou Conseils d’administration
266 postes au sein de commissions.

Haut de page 

Composition de la commission des relations internationales du CNOSF

Bernard AMSALEM, Président de la Fédération Française d’Athlétisme
Jean-François ANGLES, Trésorier de l’European Non Governmental Sport Organisation (ENGSO)
Claude AZEMA, Fédération Française de Pétanque et Jeu Provençal
Philippe BOUCLET, Président de la Fédération Française de Tir à l’Arc
Jean-Louis BOUJON, Union Nationale du Sport Scolaire
Jean-Paul BULHARIDHES, Président de la Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation et Force Athlétique
Joël DELPLANQUE, Président de la Fédération Française de Handball
Guy DRUT, Membre du CIO
Jacques FONTAINE, Président de la Fédération Française de Squash
Didier GAILHAGUET, Président de la Fédération Française des Sports de Glace
Jean-Claude KILLY, Membre du CIO
Jean-François LAMOUR, Membre du Comité Directeur de la Fédération Française de Golf
Bernard LAPASSET, Président de l’International Rugby Board
Emmanuelle OULADJ, Directrice adjointe de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)
Jacques REY, Président de la Fédération Française de Gymnastique
Patrick VAJDA, Fédération Française d’Escrime

Haut de page 


Warning: include(/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/9.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/245.php on line 2

Warning: include(): Failed opening '/servers/apache/sites/pros/com/franceolympique/cnosf/includes/nav/rightcol/9.php' for inclusion (include_path='.:/opt/remi/php72/root/usr/share/pear:/opt/remi/php72/root/usr/share/php:/usr/share/pear:/usr/share/php') in /home/users/croscdos/home/www.franceolympique.com/www/includes/nav/rightcol/245.php on line 2

 

 

Accéder au contenu du site | Accéder aux principales rubriques du site | Accéder à la recherche | Accéder au début de la page